Presse Société

Le vitrage photovoltaïque, un surcoût rentable !

Verrière photovoltaïque 

Vous pensiez que le vitrage photovoltaïque n’était pas rentable ? 

Si c’était vrai dans le passé, aujourd’hui ce n’est plus le cas, la preuve avec cet exemple chiffré !

125 €/m² 

Coût d’un vitrage feuilleté en verre trempé extra clair 55.2

 

125 €/m²

Coût d’un système aluminium traditionnel 

240 €/m²

Coût d’un vitrage feuilleté photovoltaïque en verre trempé extra clair 55.2

100 €/m²

Coût de notre système aluminium pour verrière et mur rideau photovoltaïque


90 €/ m² surcoût du vitrage photovoltaïque

(simple vitrage feuilleté en verre trempé)

150 kWh/ m²: production annuelle du vitrage solaire

6 ans: retour sur investissement du surcoût

30 ans : durée de vie minimum

Marketing vert

Vous faites une démarche environnementale et ça se voit !

Et en plus ça fait du bien à l’environnement !

Vous vous demandez pourquoi notre système aluminium est moins cher qu’un système traditionnel ?

Nous sommes à la fois fabricant de profilés aluminium et assembleur/ systémiste, ce qui nous permet d’être plus compétitif et de vous faire profiter des meilleurs prix.

Et en plus c’est beau !

Vous avez de la lumière !
Suffisamment d’ombrage pour éviter les surchauffes !
Vous optimisez la consommation électrique de votre système de climatisation !
Vous produisez votre propre électricité et tout le monde le voit !!
Vous faites des économies !

Certains de nos clients veulent que ça se voit et vous que recherchez vous ? 

https://solarstructure.fr/wp-content/uploads/2019/05/Verrière-50-transparence-ERTEX--600x400.png
Fiche technique système alu verrière Solar Structure

Presse Projets terminés

BIPV : La couronne princière en écailles photovoltaïques du lycée-collège de Monaco

Depuis quelques semaines, à l’entrée de Monaco, les automobilistes ne peuvent pas ne pas voir la très seyante couronne photovoltaïque qui trône au sommet du nouveau lycée-collège François d’Assise Nicolas Barré de la Principauté. Un exemple de BIPV particulièrement réussi, constitué de structures et de modules français et monté par des acrobates. Vertiges photovoltaïques ! 

La toiture-terrasse du Lycée-Collège François d’Assise Nicolas Barré (FANB) a été aménagée pour devenir une cour de récréation. Afin de cacher le filet de protection et les volets métalliques installés pour éviter aux ballons ou autres objets de tomber sur la chaussée, l’architecte du projet Jahlan Cherif a eu l’idée de réaliser cette structure photovoltaïque à l’esthétique originale en écailles.

Des modules sur mesure signés VMH

Dès 2015, la société Solar Structure a donc été mandaté pour initier l’étude d’une structure pour une pose en parement écaille sur la façade et en toiture

“Notre système est conçu et fabriqué pour la fixation de modules bi-verres de 1 250 x 355 mm sur une ossature tubulaire en inox 316 capable de résister au vent et à l’air marin très présent en Principauté. Après plusieurs échanges la solution à évoluer vers un concept de sous ensembles de modules 4×5 et 5×5 combinant tubes et pliage en inox 316”

Laurent Cuzzaini, responsable commercial Solar Structure

Côté modules photovoltaïque, la société française VMH Energies a été sollicitée pour sa capacité à réaliser des produits sur mesure, des sortes de moutons à cinq pattes. Elle fabrique ce type de capteurs dans son usine de Tourouvre, non loin d’Alençon, en Normandie, la même usine où sont fabriquées les tuiles photovoltaïques Megaslate, seules tuiles françaises présentes sur la liste verte d’AQC et qui disposent d’un ATEC.

« Cette usine à la capacité de production de 20 MW annuel s’est adaptée pour fournir cette mini-série de modules (moins de 400 unités ) de 60 Wc constitués de 14 cellules chacun. Une première pour l’entreprise pour un volume aussi faible ! » 

Christophe Coeuru, responsable commercial de VMH Energies

Un chantier acrobatique

Les travaux pour le montage de l’installation photovoltaïque ont débuté en octobre 2018. Le chantier s’est déroulé au-delà du 8ème étage de l’établissement scolaire à plus de 40 mètres de haut. Périlleux !

Une première grille métallique support constituée d’éléments porteurs HEB galvanisé fournie par l’entreprise JB Pastor & Fils a été installée pour encercler le haut du bâtiment. ajoute Laurent Cuzzaini. C’est la société Monaco Electricité System (MES) managée par Frédéric Bilger qui a assuré cette délicate opération.

« C’était un chantier passionnant mais aussi très exigeant. Nous avons en effet embauché une équipe de techniciens acrobates pour mener à bien notre mission. Il faut vraiment des gens habituer au vide et aux travaux en hauteur pour fixer ce type de structures à 40 mètres de haut »

Frédérix Bilger, CEO Monaco Electricité System (MES)

Quid du côté financier ? Il est évident que pour un tel projet architectural, qui plus est en terres monégasques, la notion de valeur au Wc n’a aucun. L’installation solaire de 23,52 kWc qui servira en autoconsommation aux besoins électriques de l’établissement a été raccordée le 25 janvier dernier. Désormais, Monaco compte une tête couronnée de plus, celle de son nouveau lycée solaire !


Les caractéristiques techniques du projet

Modules VMH : 2X7 cellules 60 Wc
392 modules orientés sud
Puissance installée : 23,52 kWc 
Fabricant structure: Solar Structure
Fabricant modules: VMH énergies
Installateur: MES Monaco
Architecte: Jahlan Cherif
Démarrage du chantier: Octobre 2018
Fin de chantier: Décembre 2018

Article issue du blog de Tecsol

Newsletter

Promis nous ne vous spamerons pas